Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Maître

       Voilà l’objectif ultime de tout Apprenti. Mais une fois arrivé à ce grade, est-il bien sûr de pouvoir en comprendre la signification exacte ainsi que la notion de devoir absolu qui s’y rattache ?

       Dans le cursus initiatique traditionnel, être Maître est en effet l’aboutissement d’un long périple et d’une transformation intérieure réalisée en totalité après de multiples morts « au vieil homme ».

       Rappelons que les trois grades de l’initiation masculine sont associés traditionnellement aux  trois Arts majeurs que sont l’Astrologie, la Magie et l’Alchimie. Le Maître est cet alchimiste qui a su conduire le feu intérieur pour se transmuter en or pur afin de manifester la lumière.

       Ceci exclut évidemment toute transmission des mystères du grade en fonction de la seule ancienneté, si grande soit-elle. La Chambre du Milieu doit être consciente de cette vérité. Ce n’est pas parce que l’on a vécu un rituel que l’on est réellement Maître. Si l’habit ne fait pas le moine, le tablier ne fait pas l’initié.

       Quels sont donc les critères qui révèlent un Maître réalisé ?

       L’initiation est du domaine ésotérique pur ; elle est donc le monde des Mystères, petits et grands. La quête initiatique a pour objet de mener à la découverte et à la compréhension de ces mystères, donc de devenir connaissant de la vie dans sa réalité profonde tant physique que métaphysique, et, partant, d’atteindre à la Sagesse. Ceci s’acquiert progressivement à travers la perception du symbole, porte vers l’invisible, qui permet la compréhension des fonctions créatrices et des lois causales, pour aboutir à la perception du Principe créateur, et si possible, à l’identification avec lui.

       Ceci est l’authentique initiation traditionnelle et éternelle. Elle survivra, s’adaptera dans sa forme et dépassera le matérialisme humaniste actuel qui ne saurait survivre sans réintégrer la notion du Sacré.

       Sur le plan conceptuel, le Maître est apparenté au démiurge !

       Il est en capacité de manier le compas sur la planche à tracer. Autrement dit, il a acquis Sagesse et Connaissance suffisantes pour agir, dans l’esprit du Principe créateur, sur la genèse permanente qui détermine le devenir des hommes. Tout cela au sein d’une Chambre du Milieu qui, composée de tels Maîtres, reconstitue l’Homme Universel ou Homme Zodiacal.

       Pure utopie diront certains qui, n’ayant pas conscience de la dimension spirituelle de la création, préféreront rester du mauvais côté du Voile d’Isis et rester prisonniers d’un ego primitif et asservissant.

       Bien évidemment, il s’agit d’un état idéel et idéal à atteindre, à la frontière sans cesse repoussée, au fur et à mesure de l’avancement sur la Voie. Ce qui importe, c’est d’avoir pleine conscience de l’état d’être à atteindre et de travailler sans relâche pour l’approcher.

       Il convient de redonner ses lettres d’or à l’initiation authentique qui repose sur la seule qualité de la Chambre du Milieu.

       A ce niveau, l’être n’est plus que le Devoir en acte, toute préférence personnelle s’étant fondue dans la loi de la Règle

       La fonction de Vénérable Maître est le symbole de la maîtrise réalisée. Il dirige le chantier. Le Maître est le pilier du temple. Il fait passer sa fonction avant lui. Il place l’initiation au centre de son existence. L’humain est au service du divin. L’individualité s’estompe pour laisser la place à la personnalité et à la fonction. Il y a transmutation de l’homme dans sa fonction. Quand il s’exprime en loge, il lui donne l’énergie de la Connaissance. La désappropriation est un des mots clef de ce grade qui n’est jamais acquis une fois pour toutes.

       Le Maître est placé entre l’équerre et le compas et passe de l’un à l’autre. Il est donc la Règle vivante, ce qui lui permet d’être médiateur entre la terre et le ciel. Il connaît la Règle du Verbe créateur et lui est indéfectiblement fidèle. Vivant selon le Devoir et la Règle, il découvre le chemin de vie et porte la Lumière du Principe qu’il s’efforce de faire rayonner en permanence, loin de toute vanité personnelle.

       Faut-il alors parler d’un ou des Maîtres ou encore du Maître ?

      Pour l’individu, son existence se déroule dans la Chambre du Milieu. Sa pensée et son effort sont offerts intégralement à l’œuvre. Chacun est nourriture du corps communautaire. Ainsi se réalise Le Maître. Tout membre de la Chambre du Milieu porte l’ensemble de celle-ci. Il fait vivre la communion dans toute la loge. Il fait tout pour partager la Sagesse qu’il a reçue, mais sous des formes adaptées à chaque frère. Jamais il n’abandonne un Apprenti ou un Compagnon.

       Dès lors, il est plongé dans la plénitude et la sérénité. Malgré les difficultés de l’existence, il est plein d’amour et de bienveillance. Il reste sans crainte dans les épreuves et sans faiblesse dans le bonheur.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page