Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Or

            Selon St Bernard, l’Or véritable est le Verbe, la Sagesse. Pour le connaître, il faut donc regarder à l’intérieur du Feu. Il est la lumière créatrice, la splendeur de la vie, le signe de ce qui est éternel. Il règne dans l’incréé et c’est pour cela que l’on dit qu’il est la chair des dieux, leur substance même. Nous l’appelons Or des sages ou Pierre Philosophale. Et il suffit d’en posséder un peu pour retrouver l’unité primordiale. L’expression Or des sages vient de ce qu’il correspond à la Maîtrise de ceux qui vivent dans l’unité de la Sagesse, c’est à dire les Initiés Passés à l’Orient Eternel.

            Il est introuvable dans le monde manifesté. Celui que les initiés manipulent est le résultat d’une transmutation à partir des métaux déposés à la porte du temple. Mais il faut de l’or pour faire de l’or. Les larmes du Grand Architecte de l’Univers sont d’or. La Veuve naît de ces larmes tombées sur le sable. Elle est l’Or des dieux. Ses larmes sont d’argent, mais elles introduisent l’or divin dans la pierre, le rendant ainsi accessible aux hommes. La Veuve révèle l’or. On ne peut rien faire sans elle. Ses larmes nous servent de matière première. Elle est la Sagesse qui fait rayonner l’or. Dans les temples, il y a une salle de l’or. En Egypte ancienne, on y faisait des statues. La Veuve en est la gardienne. St Bernard précisait :  « La sagesse divine, venue à nous du sein du Père, s’est construit une demeure, dans laquelle il a taillé sept colonnes, et cette demeure est sa mère, la Vierge Marie ». C’est là que se réunissent les initiées.

            Par la chaîne d’union, les initiés trouvent de l’or invisible dans l’autel, dans la Pierre des origines. Il y est présent avec l’argent. D’où vient-il ? Il est dit que « les étoiles versent leur puissance dans le fond de la terre, dans la nature et dans l’élément de la terre, et produisent, là, l’or le plus pur » (Fulcanelli). En effet, c’est dans la terre, dans ce qui semble le plus vil, que se trouve ce qu’il y a de plus élevé. Comme disent les alchimistes, c’est dans la matière immonde que « l’or y vit », anagramme de VITRIOL. Celui-ci est la racine de l’or.

            Cet or philosophal, qui n’est pas incréé, est accessible à chaque grade grâce aux maîtres. Il y a le silence qui est d’or, le Nombre d’or, et la Règle d’or (cf. le roseau d’or gradué de la Bible) qui transmute les pierres du temple. Il est indissociable de l’argent, qui n’est pas moins pur et éclatant. L’argent, blanc, féminin, métal lunaire, correspond à la Veuve. Pour les Egyptiens, il constituait les os des dieux. L’or est jaune, masculin, métal solaire, et correspond au Grand Architecte. Mais ils ne sont pas sexués, ayant chacun en eux le complément de l’autre d’où l’électrum (mélange naturel d’une part d’argent et de quatre parts d’or), symbole des deux réunis en Un. L’argent a en lui la nature fixe et mâle, et l’or est tout argent, animé du Feu mâle.

            Ainsi se régénère la vie, et la conscience s’unit au principe divin, à condition d’avoir su reconnaître l’or intérieur.

            L’or, c’est la Maîtrise. Les deux mots sont anagogiquement synonymes (cf. Neb = Maître en hiéroglyphe et Noub = or ; ou bien en grec khrusos = or, qui a donné Christ ou chrysalide ; le Maître comme le papillon sort de sa chrysalide). L’or a toujours été la couleur de la souveraineté. C’est d’ailleurs pour cela que la Chambre du Milieu est tendue de blanc (argent) et d’or.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page