Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Lune

           Bien trop souvent représenté au Nord, ce luminaire se place au Midi, ainsi que l’on peut le constater dans de nombreuses représentations anciennes.

           Il ne s’agit pas du symbole de notre satellite ; cette lune concerne, en fait, une des polarisations de la Lumière du Verbe. C’est bien pourquoi elle est située à l’Orient du temple. Avec le soleil au Nord, symbole de la lumière incréée, elle entoure le Delta lumineux, première expression compréhensible de l’unité principielle.

           De par leur position dans le Temple, dans cette partie qui correspond à la pensée du Verbe, ces trois symboles ne sont pas à considérer comme faisant déjà partie de la manifestation que révélera le tableau de loge.

           Cependant, la lune s’exprime en renvoyant toutes les lumières du temple, celle du soleil comme celles de toutes les étoiles, en les harmonisant. Elle est ainsi la Connaissance accessible à l’homme.

           Elle est aussi l’un des deux yeux du Principe de création, son aspect multiple, donc préhensible, dans la manifestation. Elle est l’œil gauche, passif puisque miroir, et est donc située au Midi de l’Orient. Le midi est le lieu de la réalisation et de l’accomplissement de la lumière. Pour les frères, face à l’Orient, elle est à droite. Le frère qui veut empoigner la lumière pour la formuler, la saisit avec la main droite, celle de l’action.

           Contrairement à tout ce qui a été formulé, la lune n’est pas féminine. Rappelons simplement que les traditions parlent en général de dieux-lune (Thot, Khonsou, Osiris, Hermès, Janus ...). En hébreu, les deux luminaires sont masculins. Ce dieu-lune est tantôt doux et sensible, tantôt agressif, guerrier, et change rapidement de forme. La lune est à la fois celle qui réfléchit la lumière et celle qui déclenche. Elle permet de passer de la puissance solaire à l’acte, sans lequel toute potentialité est inutile.

           Sa connaissance, reflétée, filtrée, est accessible, alors que celle du soleil ne l’est guère. Seul l’aigle peut regarder ce dernier en face. Elle garde la mémoire des choses.

           De ces deux aspects vient la fonction de Secrétaire, le Maître de l’écriture, de la formulation et donc du Secret. Cette lumière accessible est réputée belle. On parle ainsi de la beauté lunaire, pas de celle du soleil.

           Face au Soleil du Nord, et son complément indispensable, la Lune symbolique est l’autre membre de cette dualité première, base de la création, par lequel la Lumière incréée va être gestée, transmutée, pour permettre au Verbe de percer les Ténèbres.

           Elle déclenche les choses, le mouvement comme tout phénomène de croissance. Elle mène à l’action, et règne donc en justesse sur la colonne des compagnons. Elle contrôle tout particulièrement les cycles éternels de la nature. Tout ce qui est lié à l’élément Eau, à la végétation, la concerne. Elle apporte à la terre son suc de vie et provoque l’infinité des générations issues du soleil, la lumière divine.

           Elle est en effet le réceptacle des formes et provoque tout changement de celles-ci. Elle est la source de toute élévation dans la manifestation, et permet ainsi le devenir, au-delà de tout déterminisme.

           C’est pour cela, qu’en conformité avec les Vedas, on peut dire que la lune est la substance, alors que le soleil est l’essence.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page