Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Couvreur

            Cette fonction est occupée normalement par un ancien Vénérable, car, gardien de l’Occident, il doit connaître ce qui se passe à l’Orient afin de le préserver. Le Couvreur veille sur la lumière intérieure du Temple qui brille depuis toujours. Il en est responsable et il serait dramatique qu’elle s’éteigne. Avec le Vénérable Maître, gardien de l’Orient, et le Passé-Maître, il forme un triangle, véritable équerre vivante et secrète qui préserve la Tradition de la loge. Ainsi sont gardées les deux portes solsticiales par lesquelles l’Esprit se répand sur la terre.

            Il est un inflexible gardien du seuil qui veille sur l’espace sacré et enseigne le sens de la porte. Toute l’initiation n’est qu’une succession de passage de portes, de changements d’état, d’accès à une réalité supérieure.

            Il ouvre au monde divin. Tout se réalise par lui. Il est le passage obligé pour que toutes les lois de création manifestées par les autres offices de la loge, aboutissent au royaume en esprit, là où s’épanouit la paix harmonieuse de l’Homme Universel. Il établit à la fois le règne de la vie divine dans la matière, ici-bas, et celui de l’Homme céleste accompli. Il est donc double.

            Comme Couvreur extérieur, il manifeste la loi causale de purification. Il reconnaît ce qui vient dans les ténèbres. Il est le gardien de la qualité des frères qui entrent, et donc de la qualité du travail qui va être accompli. Il agit comme une eau purificatrice. Selon le rituel, il s’appelle « Verbe ». Tout ce qui va vers le temple, l’invisible, doit être purifié, et il y veille. Pour cela, les frères, avant d’entrer dans le temple et sous son regard vigilant, effleurent une corbeille et déposent ainsi symboliquement leurs métaux. Après l’entrée des frères, il sort dans les parvis, prend la corbeille et va la porter au plateau du frère Trésorier afin que les métaux soient purifiés. Ceux-ci ne sont donc pas à mésestimer, et peuvent être utilisés comme matière première. Il vérifie ainsi que tous les éléments de la « materia prima » sont bien présents, qu’aucune offrande des frères ne manque. C’est cela s’assurer que le temple est couvert.  La porte de la vie profane est alors hermétiquement close. Toute recherche ésotérique ne peut s’accomplir que dans le secret du temple, et ne peut être dévoilée à celui qui n’y est pas préparé, sans risque pour celui-ci.

            La couverture n’est pas une fermeture, mais une ouverture vers le ciel, la voûte étoilée. Il y a formation d’une matrice de création prête à fonctionner.

            Comme Couvreur intérieur, il donne à la fois accès à la salle du banquet puis à l’extérieur, et à l’Orient Eternel. Il est alors la loi causale d’Evolution car il est le monde qui vient. La communauté qui œuvre crée de nouvelles perceptions, donc un nouveau monde qu’elle va réaliser à l’extérieur en passant par le Couvreur. Selon le rituel, il s’appelle « Intuition ». Sans cette faculté, on ne trouve pas la porte d’Occident et l’évolution est impossible. A la clôture des travaux, le Couvreur ouvre cette porte à deux battants et surveille la sortie des frères. La communauté ne franchit donc ce seuil que si elle a donné le meilleur d’elle-même. Sans lui, elle ne pourrait restituer au-dehors l’Oeuvre commencée dans le temple. Sous cet aspect, il est un feu qui brûle tout ce qui n’a pas été transmuté dans le temple.

            Ce feu est symbolisé par l’épée. Le Couvreur est un combattant. Sa fonction est difficile car elle nécessite d’être doux avec certains êtres et rudes avec d’autres, sans se laisser influencer. Il faut une intuition pour cerner la vérité de chacun et ne laisser passer que des hommes de devoir et de connaissance. Il donne accès à la Lumière à ceux qui peuvent l’affronter.

            Tout être, néophyte ou Frère, doit lutter avec lui dans une épreuve indispensable pour franchir la porte. Le tuilage en est un des aspects. Tout initié est un guerrier qui se prépare sans cesse à cet affrontement. L’épée du Couvreur est un feu qui foudroie celui qui est indigne, mais qui transmet l’Esprit de création à celui qui en est digne.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page