Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Mystère

         Le monde est plein de mystère. Le profane, qui ne le ressent pas, est fermé à la démarche initiatique. Il est un mort-vivant qui renonce à la conscience. Mais s’il est sensible à cette présence la Voie initiatique la présente par trois questions :

* Qui sommes-nous ?

* D’où venons-nous ?

* Où allons-nous ?

         Le mystère dont il est question ici, est celui qui concerne «  une vérité de foi inaccessible à la raison humaine » ( Larousse ). C’est le mystère existentiel que ni la raison discursive, ni la science en tant que savoir, ne peuvent résoudre.

         S’il échappe à toute compréhension, il attire irrésistiblement la part de lumière qui est en chaque être. Cette part, qui n’est pas de ce monde, devient consciente par l’initiation, et dès lors ne supporte plus les limitations humaines.

Le mystère est bien de la nature de l’incréé. Le Temple est le lieu où l’on peut le voir s’accomplir, car il se célèbre par les rituels. Le mythe de création, qui sous-tend tout rituel,  en est la meilleure expression.

         La perception du mystère est par essence d’ordre individuel. C’est à chacun, selon les Nombres qui lui sont connus, par une prise de conscience et par une intériorisation (V.I.T.R.I.O.L.), d’approcher petit à petit la vérité lumineuse qu’il recèle au plus profond de son être. Si cet accès n’est pas communicable, il est toutefois transmissible au sein de communautés initiatiques.

         Y a-t-il un ou des mystères ? Il y a en fait une gradation. Dans chaque chambre du Temple, s’en révèle un aspect. Le frère passe progressivement d’un état de conscience à un autre vers l’Unité. Telle est la voie longue, incontournable. Tous les mystères contiennent le secret de la naissance et concernent donc la vie et la mort. Chaque mort est un moment de voie brève.

         L’homme doit communier avec le mystère pour tenter de le formuler dans un art. Cela fait partie de son devoir, et c’est par le devoir qu’il peut espérer le percevoir.

         Tel est le métier de l’initié (du latin « ministerium », souvent confondu avec, et remplacé par « misterium »).


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page