Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Tablier

Le tablier est une peau

         Il est en peau blanche. Quand on s’en revêt, on entre dans une peau matricielle qui vient de la Veuve. C’est une peau de rectitude pour exercer un métier, celui d’initié.

        Le tablier nous fait ainsi renaître en permanence en donnant une puissance lumineuse qui permet de participer à l’édification du Temple. L’initié naît de son tablier.

Pour œuvrer

         Quand on porte un tablier, c’est toujours pour travailler. Le frère, en échange de sa renaissance, fait le don de son travail. Il est porté par tous sur le chantier où s’édifie l’Œuvre, celle du Grand Architecte. En particulier, chaque apprenti est placé devant son devoir et commence par apprendre à être utile.

C’est un vêtement de fonction

         Le tablier est le vêtement de l’initié. C’est une vêture primordiale pour circuler dans la lumière du Temple. Il permet d’incarner LE fils de la lumière, l’Initié éternel, toujours naissant par cette peau.

        Il qualifie, par sa forme et sa couleur, l’initié qui le porte, les Nombres qu’il connaît et le travail qu’il peut accomplir. Symbole du grade, il implique toutes les fonctions et tous les devoirs qui y sont liés.

         On est reconnu par ses frères grâce au tablier. Il est donc le symbole de la fraternité. Les deux tabliers de frères qui se rencontrent reconstituent les deux pylônes des temples égyptiens, ou les deux tours des cathédrales, créant et encadrant la porte, celle de l’accès à la Connaissance. On porte le tablier pour communier avec ses frères et utiliser cet instrument de base de la construction fraternelle.

Protéger l’œuvre

         Nous sommes des hommes, soumis au temps et à l’espace. En entrant dans le Temple, on entre dans un lieu qui n’est pas soumis à l’espace et au temps. Il y a là une contradiction, une tâche impossible. L’humain ne peut pas, sans danger, entrer en contact direct avec l’invisible, le divin. Le tablier masque notre finitude et permet de faire pénétrer du périssable dans l’impérissable.

         Par lui, c’est notre fonction qui apparaît et qui œuvre. Les tabliers sont différents car ils indiquent la purification qui a été apportée aux êtres ainsi que les rapports à l’Oeuvre que chacun peut réaliser. L’apprenti est purifié par l’harmonie, la beauté, et, en tant que frère, il a été créé par les éléments. Avec son tablier, il entre en contact avec le monde des origines, celui du Principe créateur ; il peut fraterniser avec les éléments, Terre, Air, Eau et Feu, quoique la fraternité avec le Feu relève de la maîtrise.

         Le tablier n’est donc pas tellement la protection d’un homme, mais plutôt celle de l’Oeuvre.

       Une des responsabilités de l’initié est de ne pas salir le tablier par ses pensées, paroles et actes, car de telles taches seraient indélébiles.

Une forme géométrique.

         Sa forme naît du Carré de la genèse et la divine proportion régit le tracé (cf. schéma).

         Le triangle obtenu, parfois appelé bavette, forme alors la base d’une étoile à cinq branches.

       Il organise géométriquement celui qui le porte et le met ainsi en fonction. Il nous « géométrise » en pierre vivante ; il nous fait devenir de la nature de la pierre.

         Cette forme est soutenue par une ceinture. On peut considérer le tablier comme une ceinture qui se déroule sur le devant, ce qui le met en correspondance, par exemple, avec la ceinture des moines. Les deux symboles sont assez équivalents (protection, purification, force).

        Le tablier se noue au niveau du nombril. Rappelons que le nombril est le centre harmonique de l’être et révèle dans le corps la divine proportion. Autrement dit, porter le tablier harmonise l'être, le rend beau.

       La pointe du tablier d’apprenti arrive sur le plexus solaire, un des six chakras du corps humain (sept avec le corps causal), le « manipoura ». Ces chakras sont des nœuds qui transforment et distribuent l’énergie vitale dans tout le corps. Le plexus solaire, très central comme son nom l’indique, est un point essentiel et fragile de l’énergie vitale.

         L’apprenti ne peut, sans danger, participer à l’œuvre ; il lui faut une préparation, et, en attendant, protéger ce centre vital.

La couleur blanche.

         Tous les tabliers sont blancs. Cependant, ceux des maîtres ont également du rouge et de l’or. En initiant un être, on le transforme en un homme de pierre, un homme blanc, avec son tablier de la blancheur de l’origine, de la lumière qui rassemble l’ensemble des couleurs. On peut dire que la lumière manifestée naît de la lumière non-manifestée par le tablier. Celui-ci fait que le principe de fraternité existe dans la manifestation.

      Rappelons que le deuil de la Veuve se porte en blanc. Etre en deuil, c’est être éloigné, séparé. Les apprentis, comme les compagnons, sont éloignés de la Veuve et portent ce deuil sur leur tablier. Ils sont porteurs d’une virtualité qui ne se réalisera qu’à la maîtrise, avec l’apparition du rouge et de l’or. 

La couleur rouge.

         C’est celle de la terre de feu, de celle du désert dans laquelle on construit les Temples, les demeures d’éternité. Le rouge symbolise la constance, la permanence qu’atteindra la création après la fin du monde quand tout sera parfait (cf. Hildegarde de Bingen). C’est le feu créateur qui éveille la conscience. Tout cela correspond bien à la maîtrise.

Le tableau de loge lors du banquet. 

        Lors du banquet, les serviettes se portent de façons différentes suivant le grade ; elles correspondent au tablier et protègent des endroits vitaux suivant le degré de conscience accompli. Les serviettes sont issues de la nappe qui recouvre la table ; celle-ci est en fait le tableau de loge de la table du banquet. Les serviettes naissent du tableau de loge, ce qui laisse supposer qu’il y a un lien étroit entre le tablier et le tableau de loge. Le tablier ne naît-il pas du tableau de loge ?

         En fait, avec la Règle, le tablier forme l’ensemble qui permet toute transmission initiatique.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page