Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Proportion

         La proportion soutient le monde, en lui procurant harmonie et solidité, car elle est de nature qualitative, et non quantitative comme peut l’être la mesure.

         Matila G.Ghyka disait :

« Un rapport est la relation, la comparaison quantitative entre deux grandeurs de même nature, ou le nombre qui exprime cette comparaison.  Une proportion résulte de l’accord ou de l’équivalence de deux ou plusieurs rapports ; il faut donc au moins trois grandeurs (par ex. une droite et ses deux segments) pour déterminer une proportion ».

         Et Platon :

«  Il est impossible de bien combiner deux choses sans une troisième : il faut entre elles, en effet, un lien qui les assemble, et il n’est pas de meilleur lien que celui qui, de lui-même et des choses qu’il unit, fait un seul et même tout. Or, telle est la nature de la proportion ».

         Nous voilà donc au-delà de la pensée binaire !

         Une proportion continue est telle que a/b = b/c ; on passe d’un rapport à l’autre en utilisant un élément identique.

         Un cas particulier est donné par la divine proportion qui définit le Nombre d’Or : a/b = b /a+b

         Elle se retrouve dans les structures du vivant, végétales, animales et humaines. Elle est la Vie. Elle recèle et révèle une dynamique car le monde qualitatif n’est pas statique, mais résulte d’un mouvement artistique, dans le sens où l’art véritable est la perception puis la transcription de la loi d’Harmonie.

         En effet, de cette proportion naît l’Harmonie. Les Initiés passés à l’Orient Eternel l’ont perçue, et nous l’ont transmise sous de multiples formes plus ou moins cryptées.

         La Géométrie est l’art le plus simple pour comprendre la proportion. Toutefois, on peut passer par les Nombres, l’analogie, l’anagogie. Le concept fondamental reste le même.

         Par exemple, l’analogie est une mise en proportion pour établir des rapports justes, harmonieux, entre divers éléments, par exemple entre l’Homme, le Grand Architecte, la Veuve et le Principe de Création ; ou bien entre le corps, l’âme et l’esprit.

         Pour bien percevoir, il faut utiliser les Trois Grandes Lumières : la Règle, le Compas et l’Equerre. Elles donnent la connaissance des proportions et de la Règle d’Or qui les régit.

         Quand l’homme agit, tout défaut de proportion et d’ordre dans l’union des éléments provoque le pire désordre, ce que les morales et les religions appellent le mal.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page