Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Odorat

         C’est par ce sens que l’on repère la substance divine.

         Présenté au nouveau Compagnon par le Secrétaire, il est en liaison directe avec la lune. Celle-ci est le réceptacle des formes. Elle change d’apparence et modifie les êtres et les choses ; elle agit fortement sur tout ce qui est en devenir. La lune est la substance selon les Vedas. Celle-ci n’est pas la matière mais une énergie quantitative en relation avec l’aspect. Elle est le support passif de la manifestation, la potentialité.

            L’odorat est donc lié à la forme. Toute matière en formation a une odeur et à l’inverse, sentir rend perceptible la matière fécondée par l’Esprit. L’odeur est ce qui émane du substrat. Sentir revient à percevoir la substance spirituelle qui apparaît comme une énergie dont est constitué l’univers. C’est pourquoi on parle du rayonnement de la Pierre Cubique.

            De même, l’expression religieuse « être en odeur de sainteté » correspond à l’émanation suave qu’exhalent les corps de certains saints après leur mort, révélant la perfection spirituelle atteinte. L’initié réellement accompli, état rarissime, est passé par la mort de son vivant et présente le même phénomène.

            L’énergie du Principe créateur est une substance immortelle qui est son odeur. Celle-ci est ce qui émane de lui et est sa volonté de spécification. On perçoit ainsi sa présence. C’est ce qui nous attire et nous guide sur la voie initiatique. Là est l’origine du désir initiatique. D’où la phrase du Cantique des Cantiques : « Nous courons à l’odeur de tes parfums ».

            Le lis est une des plus belles et des plus aromatiques des fleurs. Il est le symbole resplendissant de l’essence divine. Ce sont ses effluves qui parviennent aux Rois-mages dans leurs terres lointaines. Ils n’auraient jamais suivi l’Etoile s’ils n’avaient été attirés subtilement par le lis qui venait de naître (Jésus). La vérité que recherche tout initié est ce lis dont le parfum suscite la foi et dont le rayonnement éclaire l’intelligence.

Toute matière est divine et a donc une odeur divine qui est l’être subtil que le Compagnon doit révéler par une longue approche, sans recette ni démonstration concrète. Alors seulement il peut travailler et donner une forme juste à la matière car il en connaît l’essence.

            Sentir passe par l’Air, le Souffle divin, et s’accomplit par le nez en respirant. Respirer le parfum d’une chose revient à s’unir avec elle.

            L’encens est une matière odorante utilisée par de nombreuses religions. Il est le symbole du corps immortel, le corps de lumière. Il est aussi la plante de vie, celle qui rend divin. Le brûler, c’est répandre la vie partout où il peut se sentir. De même, dans de nombreuses traditions, on calcine des offrandes ce qui provoque un arôme qui régale les dieux. Brûler, c’est dégager l’essence des choses ; il n’en reste que la part immortelle, la réalité profonde, la substance, donc ce qui existe par soi-même.

            Quand une communauté œuvre, elle fait en sorte que ce qui est réalisé ait le parfum de l’éternité. L’œuvre accomplie transmet alors un message divin. L’odeur est le témoignage qu’exhale l’Oeuvre.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page