Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Nature

         La nature est souvent définie comme étant « l’ensemble des êtres et des choses qui constituent l’Univers ». Tel est le monde physique perçu par nos sens.

              Mais on peut dire aussi que la nature d’un être ou d’une chose correspond à son essence, son aspect conceptuel. Elle est déterminée par son Nombre reçu à la naissance et caractérisée par son nom. On ne peut demander à une chose que ce qui lui est conforme, à un loup de garder un troupeau de mouton. De même, un outil doit être de même nature que ce à quoi on travaille. Par exemple, on ne saisit l’Esprit qu’avec l’esprit.

              Sur la voie initiatique, nous ne pouvons nous contenter d’une approche rationnelle ou matérialiste. Nous devons considérer tout ce qui constitue la réalité, que ce soit le corps, l’âme ou principe de vie animante et l’esprit ou conscience universelle.

              La nature dans son ensemble sera l’expression de cette conscience. Celle-ci, dès qu’elle s’est pensée, a engendré le Deux, pour manifester le Trois d’où sont sorties les mille et une formes qui ont constitué le monde et génèrent la genèse permanente. L’esprit est le vrai trésor que chacun recèle et doit découvrir.

              La nature est donc l’expression du divin. Elle se forme dans le respect total des lois causales et des fonctions créatrices. Elle est en fait entièrement déterminée par le Grand Architecte et soumise à sa Règle, ce qui en fait l’Harmonie réalisée.

              Si l’Homme est sans doute la manifestation la plus achevée du Grand Architecte, il reste un élément indissociable de la nature, déterminé par les lois universelles sur le plan matériel. Mais il est la seule créature porteuse d’une conscience individuelle, qui s’exprime par la raison et par le langage articulé. Il dispose ainsi d’une liberté, celle de retourner consciemment à la Cause, pour répondre ainsi à sa finalité. Seul l’homme a la capacité de changer de nature par la transmutation, alors que la transformation, la mutation (domaine des petits mystères) ne fait que toucher la forme. Il peut échapper au déterminisme. Cela est bien illustré par le bois qui assume la nature du feu et devient semblable à lui. D’où la nécessité absolue du don total pour espérer réussir une transmutation.

              L’homme a en fait une triple nature car il dispose d’un corps, d’une âme et d’un esprit. Ce dernier est très caché et ne se révèle pas facilement. Cependant, c’est lui seul qui est le vrai trésor que chacun recèle et doit découvrir.

              Cependant, dans son ensemble, la nature humaine est différente de celle du monde des causes, d’où la difficulté d’y remonter et l’impasse de l’humanisme. Cette nature humaine est de l’ordre de la trahison, d’où d’ailleurs le mythe d’Hiram. Ainsi s’explique cette phrase traditionnelle, avec toutes ses variantes, où Dieu dit à l’initié : « Entre mais laisse-toi dehors ».

              De la nature naturante, nous dirons qu’elle est la Veuve, le réceptacle, la nourrice de tout ce qui naît, la matrice de toute chose, la Mère. Elle est la puissance vive, immense, qui embrasse et anime tout, la puissance divine, qui se manifeste et donne à chaque chose sa nature propre, son nombre.

              De la nature naturée, nous dirons qu’elle est constituée de tout ce qui naît de la Mère, nature naturante, et du modèle, le Père, le Grand Architecte de l’Univers. Conditionnée par le temps et le devenir, elle se caractérise par le mouvement. Elle est constituée de la matière et répond à des lois précises qui s’étudient dans les petits mystères. Ces lois constituent la Règle, inflexible, qui gouverne l’univers et lie les choses créées. Regardons là, non dans ses apparences qui sont trompeuses, mais dans ce qui est voilé en elle, pour connaître ce qui est immuable et éternel. Pour cela, il faut briser les images. En communiant avec la nature, on découvre que le secret de la vie est en soi. Etudier ses arcanes, autrement dit les fonctions créatrices qui président à son évolution, permettra à l’initié de comprendre le mystère de sa propre réalité. Si nous la laissons nous enseigner, elle dévoile peu à peu son visage et emplit le chercheur de sagesse. Il faut ouvrir le livre de la nature en rompant successivement les sept sceaux qui le gardent.

              L’Alchimie est la science qui consiste à imiter la nature, sans jamais vouloir la forcer. Nul ici-bas ne peut la corriger et rien ne peut se faire sans elle. L’homme est incarné et ne peut que s’appuyer sur la manifestation pour suivre une voie de transcendance.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page