Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Points parfaits de la maîtrise

         Selon le pilier Sagesse ou aspect conceptuel, les points sont dits parfaits car ils rendent accessible à l’homme le concept même de fraternité, d’amour. Voilà la source de l’accomplissement de l’homme dans la perfection. C’est une unité qui se manifeste par un rapprochement de deux frères qui forment un axe unissant la terre et le ciel et faisant circuler une énergie. C’est le Deux qui devient Un. Pour éveiller les points, il y a deux frères. La démarche n’est pas solitaire. Il y a échange par une approche physique, intime, harmonique et symbolique. Il y a résonance de deux êtres, de celui qui n’est pas moi mais devient Soi.

              Il est utile de resituer ce geste dans le rituel car il est rarement pratiqué. A l’exaltation au troisième degré, le Passé-Maître soulève le nouveau Maître, le Vénérable Maître le tire vers lui en empoignant son bras gauche, la coudée, et accomplit les Points Parfaits. C’est donc un contact particulier entre le Vénérable Maître (le Maître accompli qui représente la totalité de la loge) et le nouveau Maître tout frais sorti de son cocon. Le cycle de transmutation est achevé. Il se passe une transmission ou une consécration du cœur du grade. Il y a intégration dans la Chambre du Milieu, dans l’Unité.

              Alors le secret de la construction harmonieuse d’un édifice se transmet, et les clefs de la manifestation restent connues ici-bas. En effet, la canne du Maître d’œuvre porte les cinq mesures de construction, toutes en proportion selon le Nombre d’Or. Ces mesures sont liées au corps : la paume, la palme, l’empan, le pied, la coudée. Elles sont mises en œuvre par l’accomplissement du geste rituel car il faut remarquer que les distances entre le cœur et l’oreille, le pied et le genou, le genou et le cœur sont en rapport du Nombre d’Or ; et la main contient les trois premières mesures de la canne. La partie manquante du corps du Maître était peut-être la canne qui est ainsi reconstituée par l’axe autour duquel s’enroulent les deux frères ; elle équivaudrait au phallus d’Osiris, organe de création qu’Isis n'avait pu récupérer.

              Dans certains rituels maçonniques, cet acte se pratique aussi entre le Vénérable Maître et les Surveillants. Il existait déjà en Egypte ancienne ce qui montre la permanence dans la transmission initiatique. Notamment on voit des représentations entre Pharaon et le Principe divin où les deux ont même visage, ce qui souligne l’identité qui se réalise.

              Ce geste est alchimique, comme dans le Rebis alchimique où il y a reconstitution de l’unité du Roi et de la Reine. Il y a réunion des deux polarités qui créent l’unité. Par conséquent deux Maîtres qui se rencontrent, se reconnaissent par ces cinq points par lesquels ils ne peuvent plus se détacher l’un de l'autre ; l’unité physique est indestructible. Tel est le mystère de la réunion indissoluble.

              Selon le pilier Force, l’aspect dynamique, les points sont corporellement localisés par l’Art du trait. Ils sont la transmission d’un tracé et animent les êtres. Ils ne sont pas anodins mais ne correspondent pas à des chakras. Il y a mise en avant de cinq fonctions vitales qui sont l’expression de la vie. « L’oreille à oreille » est la naissance à la vraie vie par l’échange des souffles. Le « cœur à cœur » est une jonction dans l’intimité de l’être, et la manifestation de l’amour fraternel par le cœur-conscience. Le « genou à genou » est la coordination d’un mouvement commun autour d’un pivot, centre générateur de l’initiation. Par le « pied à pied », on est destiné à l’autre, et la voie se révèle avec d’autant plus de force que par le pied on est en contact avec la Terre-Mère. Le « main à main » est une griffe qui manifeste le croisement des énergies.

              Selon l’aspect Harmonie, celui de la réalisation dans le manifesté, les points sont cinq, Nombre de l’Harmonie qui unit tous les plans. Telle est la rose initiatique. Cependant, ce geste ne peut pas se faire avec un Compagnon, bien qu’il apprenne à maîtriser ce Nombre. Toute étape unissant des frères, si elle n’est pas bien vécue, ne permet pas le retour à l’unité. Au troisième degré, le cheminement est sans contingence ni contrainte, car le Maître est connaissant des Grands Mystères.

              Ce geste est fort et pourtant souvent mal vécu, avec beaucoup de retenue dans le contact physique, ce qui en empêche l’expression énergétique. Mais l’emprise physique est indissociable de l’emprise spirituelle. L’équilibre corps-âme-esprit doit rendre ces trois plans de l’être indissociables par un contact à la fois physique, mental et spirituel. 


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page