Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Purification

     Les quatre éléments, dans leur pureté, ont créé la terre, c’est à dire le monde manifesté. La pureté est de l’ordre du Un. Elle ne réside pas dans la séparation mais dans une pénétration intime avec l’univers. Elle est dans l’amour du Un et en permet le retour. Cela n’est pas naturel à l’homme qui est multiple.

     La démarche initiatique est donc conçue pour aller contre cette nature et la purification en est un des éléments forts pour se libérer des taches et attaches du monde profane. Elle donne le passage d’un monde à l’autre, montrant ce qu’il faut quitter, filtrant ce qui doit rester et qui pourrait empêcher de pénétrer l’autre monde. Cet acte de passage est reconnu par le Couvreur. C’est d’ailleurs lui qui trouve les métaux à la porte du temple et les porte au frère Trésorier afin qu’ils soient purifiés. Ces métaux sont notamment ce que chacun a abandonné en se purifiant à l’entrée mais qui sont récupérés car l’initiation intègre tout, étant capable de transformer ce qui est impur.

     L’entrée dans le temple est donc conditionnelle. La quête exige d’être en état de recevoir l’enseignement en passant du moi au Soi. Cela n’est pas le cas d’un être prisonnier de son déterminisme car il ne peut avoir de jugement sain et peut opposer des énergies négatives à la magie créatrice de l’initiation. C’est pourquoi l’alchimiste commence l’œuvre en débarrassant la « materia prima » de ses scories.

     L’homme vient à l’existence sous les auspices du Nombre Neuf qui a pourvu à sa parfaite gestation. Son esprit est, en principe, ouvert à tous les possibles. Mais l’être porte en lui l’héritage de ses ancêtres, est soumis aux influences de l’univers selon son lieu et heure de naissance, et connaît, dans son existence, les conditionnements de son environnement. Il est la résultante de son inné hérité de l’invisible et de son acquis apporté par le monde visible.

     Or l’initiation ne s’accomplit qu’en terrain vierge. La purification par les quatre éléments préexistants au créé va donc provoquer un déconditionnement, une transparence, d’abord virtuels, puis réels.

     L’impétrant est saisi dès son arrivée pour être ni nu ni vêtu, dépourvu de tous métaux et mis dans la crypte au cœur de la Terre, gestatrice de toutes les formes de vie. Tout commence là. L’être s’y dépouille du vieil homme et d’un mode de fonctionnement basé sur les images. Cet abandon de l’ego, jamais achevé, se caractérise par la couleur noire, celle des ténèbres de l’origine, de la putréfaction qui suit la mort. Cette purification rend utile sur le chantier, prêt à participer à l’œuvre, conscient de l’énergie potentielle ou principe de nutrition, c’est à dire du choix des nourritures vitales.

     Puis vient la purification de l’intention qui incline le cœur vers le divin. L’Apprenti, par de longues années de pratique, s’y exerce et s’aperçoit que son but, contrairement à ce qu’il était au départ, n’est plus de briller et de rechercher un bénéfice personnel. Son adage est : « Tout est pur qui est à sa place ». Cela correspond à la purification des mains par l’Eau qui devrait notamment s’effectuer avant chaque entrée dans le temple couvert. L’Eau, énergie céleste et chaos porteur de l’infinité des possibles, fait renaître et révèle le principe de gestation qui engendre les forces divines et rend les germes féconds.

     Il se produit alors la purification de la pensée qui, d’individuelle, se laisse pénétrer par le flux d’énergie de l’univers, de l’énergie spirituelle, du souffle cosmique. L’intuition des causes apparaît. Le Compagnon acquiert un désir initiatique qui prend force et la puissance de l’Air permet de franchir toutes les portes. Connaissant la cause des mutations, accédant à la vie rendue consciente, l’être devient sensible, non plus à lui-même mais à l’univers. Il est purifié de la sensiblerie, de la non consistance de l’ego, de toute susceptibilité. Il s’ouvre à ses frères, à la recherche du cœur des êtres et des choses. Le blanc est la couleur de la pureté de l’Air lumineux.

     L’initié peut alors entrer dans l’acte, sans peur et sans reproche. Il ne réagît plus mais agit car il est en contact avec la Cause. L’être est créé en conscience par les éléments. Le Feu achève la purification des autres éléments. Tout s’accomplit dans le Feu, par lui et avec lui dans la réalisation du principe de fécondation. Il ne s’agit plus de séparer le pur de l’impur mais de rendre pur l’impur par transmutation. Cette alchimie correspond à la purification des métaux dans le temple. Tout cela nécessite une série de sublimation jusqu’à atteindre la couleur pourpre, purpura, pur du pur, feu du feu, perfection absolue.

     Ces étapes successives transforment celui qui est courbé devant le Principe de création en un homme rectifié qui peut se présenter à l’ultime épreuve. Seul le Feu peut entrer dans le Feu. 


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page