Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Foi

         Etymologiquement, Foi vient du latin « fides », engagement, fidélité, ce qui implique une notion d’obéissance. Mais celle-ci ne s’applique pas à un être ou à une idée, mais à un Principe. En ce sens, elle ne limite pas l’esprit, mais, bien au contraire, le libère et lui donne une possibilité d’élargissement, en coordonnant son champ d’investigation. C’est cette notion qui s’appelle « obéissance à » ou « cohérence avec » la Loi d’Harmonie.

            « La foi voulue ou imposée n’est pas foi mais discipline de pensée. La foi est conscience de l’âme, acquise par identification avec l’objet de la foi ; et chaque acquisition est une victoire sur le Moi qui, lui, se pose devant l’objet pour le comprendre ». (HER-BACK Disciple - SCHWALLER DE LUBICZ).

            « Quand la foi cesse d’être conviction, quand la foi n’est plus comprise, quand elle nous envahit, nous enveloppe, c’est le « don de lumière» qui s’impose en nous » (d°).

            Sans la foi, l’Initiation meurt. Mais Saint BERNARD explique : « En séparant la foi des œuvres, on tue la foi ».

            Il faut donc en permanence agir dans le Temple, pratiquer les rituels et travailler les symboles. Un homme de foi se reconnaît à ses actes. La foi est alors un feu, une impulsion transcendante, la permanence du désir, la jeunesse de l’âme. La doctrine chrétienne l’a mise au rang des vertus théologales, avec l’Espérance et la Charité (ou Amour). C’est donc une vertu de nature divine.

            Dans cette trilogie indissociable, la Foi formule le concept du Principe Créateur, l’Espérance représente la dynamique, le mouvement dans son essence, et la Charité est l’Amour en action permettant à la Création de prendre forme. Toujours le ternaire fondamental : « Sagesse - Force ­Harmonie ». La Foi, sans les deux autres vertus, sombre dans la certitude dogmatique et mène au fanatisme.

            Sur le plan initiatique, c’est une disposition de l’être indispensable à sa propre réalisation. En dehors des définitions courantes de la foi, trop souvent assimilée à la croyance, l’enseignement initiatique voit dans celle-ci une intime conviction de l’être, innée ou acquise, de la réalité d’un Principe de Création, à la fois transcendant et immanent, d’où découle toute la Création. Cette foi ne s’oppose ni au savoir ni à la raison, qui ne sont à ses yeux que des outils, certes relatifs, mais néanmoins utiles à la confirmation du bien-fondé de sa position.

            Elle ne renie ni le doute ni le scepticisme dans la mesure où ils ne s’installent pas en permanence dans l’esprit, mais où ils permettent de générer des questions et des problèmes qui permettront d’élargir la conscience et d’augmenter la Connaissance. Par la foi on acquiert la vision de l’essentiel, on découvre en soi une lumière immortelle. Si elle se relâche, cette lumière s’éteint et l’être se décompose.

            « Par le « savoir» on arrive à la croyance, Par le « pouvoir» on arrive à la conviction, Par le « confondement » on arrive à la foi, puis à l’absolue certitude » (HER-BACK Pois Chiche - SCHWALLER DE LUBICZ). 


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page