Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Inversion

         Voilà un des principes de base de la démarche initiatique que découvre tout particulièrement le Compagnon puisque, plus tard, il devra l’utiliser constamment. En effet, l’Alchimie parle de faire l’humide sec, de dissoudre la pierre, de laver l’obscur en lumineux, de fixer le volatil…

            Pour distinguer une chose et ne pas la confondre avec une autre, il faut maîtriser le langage initiatique. Celui-ci permet, par inversion, de découvrir le sens caché des symboles au delà du sens apparent pour passer du visible à l’invisible. Tout état de la manifestation a son correspondant dans le monde du concept, de la réalité. Les deux sont de même nature et obéissent aux mêmes lois de la création, mais ils sont situés dans des espaces de conscience différents. Par exemple, le soleil manifesté, terrestre, culmine au sud, à midi. Le soleil spirituel, céleste, primordial, celui qui se trouve dans le temple, culmine au nord, à minuit, car il ne se situe pas dans les apparences. Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, mais l’ordre terrestre est inverse de l’ordre céleste. Les lumières d’ici-bas font découvrir, par ce principe, celle qui est essentielle, celle de l’Esprit. La nuit réelle n’est pas obscurité mais présence de la lumière noire symbole du non-manifesté. C’est pourquoi, les travaux dans le temple commencent par la recherche d’une lueur dans la pénombre.

            Autre exemple, le feu chauffe et éclaire à la fois, mais en raison inverse. Une flamme est d’autant plus chaude qu’elle est moins claire. L’amour est chaud mais sans lumière ; la raison est lumière mais sans chaleur. La vraie intelligence rassemble les deux, notamment avec le cerveau qui est la lune, froide, et le cœur qui est le soleil. La raison n’est que l’aspect réfléchi du soleil divin connu par l’intuition.

            Le symbole de ce principe est le sceau de Salomon, le Nombre Six. Il y a introduction d’une nature dans un champ différent. Ce basculement est alchimique, contrairement à la fonction de croisement qui ne change pas la nature. Il y a ainsi introduction de l’intemporel dans le temporel, de l’humain dans le non-humain.

            L’inversion essentielle à réussir par le Compagnon est celle des lumières. Il ne s’agit pas d’un  procédé quelconque à apprendre mais d’une vision intérieure à acquérir et à élargir. Regarder autrement pour s’éveiller. Cela consiste à percevoir l’amour créateur non plus dans sa polarisation humaine (l’humanisme, la famille, les amis, la fraternité des hommes), mais sous la polarisation d’un amour d’origine non humaine, divine ; cela mène à l’amour de l’Oeuvre et donc à l’amour universel.

            La clef passe par la Pierre Fondamentale, qui se dédouble en Pierre Brute et Pierre Cubique. Elle enferme une énergie non accessible aux sens humains, mais qui provoque des mutations incessantes. Son nom secret est « celle qui diffuse la lumière ». Tant qu’un frère n’a pas maîtrisé l’inversion des lumières, il ne peut voir cette diffusion.

            Un autre exemple célèbre d’inversion est donné par la phrase d’Hermès Trismégiste : « Dieu est une sphère dont le centre est partout et la circonférence nulle part ». L’intérieur enveloppe l’extérieur ; le centre contient toutes choses et ne se situe pas, car rien ne peut le contenir ou le limiter.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page