Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Rapport

(Relation)

         Il s’agit de la mise en relation de deux éléments dont on recherche le lien. La démarche initiatique l’utilise abondamment. En effet, toutes les fonctions vitales ont des rapports entre elles ; il en est de même pour les symboles, les Nombres... Ce sont toujours les rapports qui ont de l’importance, plus que les choses elles-mêmes, car ils donnent une perception globale. L’intelligence vraie est ainsi ce qui permet de les saisir pour accéder à l’harmonie du tout. Elle met en relation la nature en soi avec la nature hors de soi pour connaître l’univers.

         La voie initiatique utilise le langage symbolique pour faire ressortir le concept qui se trouve sous la forme. Ainsi s’ouvre la conscience pour comprendre la réalité éternelle. De même, les rituels sont le lien vivant et magique qui permet aux initiés d’entrer en contact avec le sacré.

         Le rapport est une fonction à l’origine de toute la manifestation. Par exemple, le mouvement n’est que la modification des relations qu’entretiennent les choses entre elles. Celui d’un corps n’existe que face à un autre. Le repos et le mouvement sont relatifs.

         Le compas est l’outil qui permet de transposer des rapports grâce à ses deux pointes sèches. Rappelons qu’il ne sert pas à tracer. Là est le seul moyen opérationnel de juger des êtres et des choses, et de faire des choix créateurs.

         Le jeu des Nombres illustre bien ce dont il s’agit. Les rapports permettent de les assembler. Cela se fonde sur la fonction essentielle qu’est la division. Par exemple, Pi est le lien entre le périmètre du cercle et son diamètre. Il est donc la fonction du cercle, son Nombre.

         En géométrie, les valeurs ne sont que des rapports. Ceux-ci définissent ainsi la forme, et réciproquement. En travaillant sur les figures géométriques, on trouve des liaisons entre des éléments. Cela permet de passer du Nombre à la compréhension de la structure de l’univers. Tout Nombre est lié à d’autres quand il se concrétise dans une forme, et cela formule sa dimension qualitative.

         Par ailleurs tout nombre irrationnel peut se réduire à une somme de rapports. C’est faux dans la rigueur mathématique, mais juste dans la pratique car la précision est élevée. Par exemple, racine de Cinq peut s’écrire 2/1 + 1/8 + 1/9, à 2/100 000 près. Cette approche est très précieuse pour interpréter le jeu des Nombres, à partir de la fonction de division.

         Cependant, tous les rapports ne sont pas vitaux. Seuls ceux qui sont d’Harmonie sont capables d’entretenir la vie. Concrètement, donc, cette fonction n’a d’intérêt réel que si elle débouche sur des proportions. La difficulté est de trouver des relations justes entre les éléments qui composent l’univers, et notamment entre l’Homme et le Grand Architecte. Cette justesse passe toujours par la proportion.

(compte rendu de travaux)

         Il s’agit d’une technique de base de la démarche initiatique. l’Oeuvre est communautaire et il n’y a pas de travail initiatique en dehors d’une chaîne d’union à la gloire du Grand Architecte de l’Univers. La méthode des planches magistrales n’est donc pas appropriée.

         Une tenue donne lieu à un travail sur un sujet commun, longuement préparé par chaque frère depuis la tenue précédente. Chacun met toute sa conscience pour tenter de formuler des idées nouvelles. Ne pas le faire revient à priver les autres d’apports peut-être précieux. L’expérience montre que cela provoque une évolution profonde de l’être.

         Ces travaux sont mis en commun et sont rassemblés dans un rapport, effectué tour à tour par l’ensemble des frères, les plus jeunes comme les plus anciens. Chacun doit œuvrer et savoir se remettre en question. Telle est l’une des sources majeures d’énergie et de jeunesse de l’âme.

         Ce rapport, exhaustif, est donc un rassemblement de ce qui est épars, conformément au mythe de création. Il reprend tous les éléments apportés dans la mesure où ils trouvent une juste place dans l’édifice, et sans les déformer. L’assemblage se fait selon une architecture cohérente, en général novonaire, à partir des piliers du temple (la Sagesse qui conçoit, la Force qui anime et l’Harmonie qui exprime).

         Tout aura commencé par la prise de notes, véritable chasse de la parole perdue, qui nécessite une parfaite écoute pour ne rien perdre. La vanité est alors un piège si l’on se permet de juger l’importance des idées, de ce qui doit être retenu. Il faut éviter aussi bien l’extase devant des idées qui font oublier d’écrire que la négligence de remarques qui semblent secondaires ou évidentes. Tout est pris en compte. Le rapporteur a la responsabilité de la mémoire comme de la justesse des interventions.

         L’alchimie commencera ensuite par l’imprégnation des notes, leur classement, leur regroupement. Elle déclenchera un plan qui apparaît naturellement si les phases précédentes ont été respectées. Sinon, il faut relire et reclasser les idées. Ce travail enrichit le Trésor, et en même temps contribue fortement à l’éveil du rapporteur.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page