Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Cube

         Quelle est sa nature ?

         De par sa forme carrée, son aspect de robustesse, de solidité, de stabilité donnant une idée de l’éternité, il mérite bien son affectation symbolique à l’élément Terre, celui qui est le plus proche de l’homme (la Bible nous dit bien tirés du limon), et point de référence pour celui qui veut garder « les pieds sur terre ». Il est une forme fixe qui sert à la fois de repos, de certitude, d’assise.  A chaque étape initia­tique, le retour vers lui s’impose pour se stabiliser. D’ailleurs, le trône du Vénérable Maître est un cube ; il est l’assise de la loge. De chacune des six faces de ce polyèdre qui est donc mieux nommé par le terme d’hexaèdre, partent les dimensions de l’espace : Orient / Occident, Septentrion / Midi, Zénith / Nadir, donnant la conscience de l’infini. Telle est la cité céleste.

         Quelle est sa dynamique ?

         Par ses huit sommets, il est le principe de la multiplication alchimique de toute chose par elle-même (Je suis Un qui devient deux, deux qui devient quatre, quatre qui devient huit. Huit = 2 élevé au cube). Il est vecteur de métamorphose car il contient tous les Nombres principiels directement ou dans leur racine, notamment quand il est déployé dans le plan. Il donne alors le rectangle 3-4-5, et donc le moyen d’accéder à tout tracé. Chacune de ses faces est carrée et contient l’essence (la racine) de la dualité dans sa diagonale (√2). Cette forme plane se pense et se transforme en cube qui contient l’essence de la ternarité dans sa diagonale interne (√3).

         Comment s’exprime-t-il ?

         La Terre,  source de fécondité  et de création,  ne peut seule donner la vie sous peine de rester stérile : elle a besoin d’Eau, d’Air, de chaleur-Feu, sans oublier le cinquième terme, la Quintessence qui donne l’âme, qui anime. Le Cube ne peut donc rester seul. Il ne prend vie que lorsqu’il entre en communication, en connexion avec les quatre autres corps platoniciens. Les liaisons entre les cinq polyèdres réguliers sont multiples. La présence de tous est indispensable et l’absence d’un seul stoppe toute vie tant matérielle que spirituelle.

         Dans la Géométrie sacrée, le Compagnon les découvre lors de l’ouverture de la Pierre Cubique où l’hexaèdre apparaît triplement :

- Une première fois par la forme globale de la Pierre, premier contact extérieur avec elle, avant que son déploiement n’en révèle les autres secrets.

- Une deuxième fois, à l’intérieur, comme lien entre le dodécaèdre et l’octaèdre flamboyant : la Terre couvre la dualité du Feu pour qu’il reste actif au cœur de toute chose.

- Enfin, dans le cœur de la Pierre, un double cube contient le Feu secret du tétraèdre (A noter que géométriquement les diagonales des faces d’un cube sont les arêtes d’un tétraèdre).

         La Pierre Cubique doit être refermée. Le doublement du cube intérieur et son retournement recréent l’octaèdre ; chacun des polyèdres retrouve sa place ; la Pierre Cubique reconstituée peut alors se retour­ner pour manifester dans toute sa gloire le Dodécaèdre Etoilé.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page