Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Ame

            Notre époque confond âme et Esprit, amalgamant les deux ce qui conduit à l’oubli total du deuxième terme. Avoir de l’esprit ne sert plus qu’à amuser la galerie alors que la vie spirituelle est la seule qui vaille.

         L’âme n’est pas une finalité puisqu’elle se situe entre le corps et l’Esprit, entre la dualité qui est le temps qui change, et l’unité, c’est à dire l’éternité. Médiateur indispensable pour que l’on puisse ressentir la présence de l’incréé, elle relève des deux natures. Manifestée mais impalpable, invisible, elle est encore individuelle tout en constituant un pont vers l’universel. On peut considérer le corps comme la projection de l’âme dans le plan matériel, elle-même reflet de l’Esprit ou Vie universelle. Elle est l’essence d’un être, sa nature.

            Pour qu’une existence initiatique soit réussie, il est nécessaire qu’elle soit illuminée par le Feu éternel, que le Verbe vienne en elle. Elle doit quitter la matière pour s’attacher au Verbe, l’épouser. Ainsi peut-elle s’ouvrir sur sa réalité divine et accéder à la pensée, son véritable domaine. Elle s’exprime alors en mettant en œuvre l’intention, qui, si elle est pure, lui donne sa beauté et son harmonie.

            Par rapport au corps qui est son vêtement, l’âme en est l’humidité ; elle est comme l’eau qui pénètre en terre en restant invisible, mais en lui donnant la possibilité de faire germer la vie. Elle infuse, vivifie et anime la chair car elle est l’instrument par lequel nous pouvons nous accomplir et rejoindre en conscience le Principe. Elle concentre les énergies cosmiques pour les transmettre au corps et lui donner ses potentialités. Sa simplicité d’essence est de même nature que la vie.

            Elle est évolutive alors que le corps ne l’est pas. Celui-ci disparaît à la mort physique et peut entraîner celle qui n’a pas su s’en dégager. Il est déterminé par la génétique, l’éducation, les astres. Il ne peut qu’accomplir tout ou partie de son destin. L’âme rendue consciente ici-bas par une démarche communautaire où s’exercent le don et l’Amour, peut aller au-delà de ce déterminisme, atteindre à la vie en esprit et alors devenir immortelle. Tel est le jugement des âmes maintes fois décrit dans la tradition. Elle peut progresser selon les termes de saint Bernard : « Le temps viendra où, grâce à son séjour dans la terre creusée, l’âme aura fait assez de progrès pour que son œil intérieur soit guéri et puisse contempler à découvert la gloire de Dieu ».

         Il découle de ce qui précède que l’âme est en rapport étroit avec la conscience universelle dont elle est la partie détachée et consubstantielle sur le plan individuel, le corps correspondant à la conscience manifestée. Nous voici donc en parfaite correspondance avec la conception traditionnelle qui définit l’homme en trois composantes : Corps - Ame – Esprit, toutes trois étant des états différents, mais de même nature, de la Conscience du Principe.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page