Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Don

         Deux acceptions sont possibles ; l’offrande de ce que l’on possède et les qualités naturelles dont on dispose.

         La première est, sur le plan initiatique, difficile à réaliser. Les pièges formant obstacle sont l’orgueil et la sensiblerie. Le devoir de tout initié est de pratiquer le don, d’exprimer et de vivre ainsi l’Amour. Il donne donc tout à la communauté initiatique, le meilleur de lui-même, et même lui-même. Cela s’accomplit gratuitement, sans arrière-pensées, au seul profit du destinataire. Chaque frère doit sans cesse amener au trésor de la loge ce qu’il a de plus précieux en lui, ses talents, son travail, sa présence... C’est ce que l’on apprend dans les Petits Mystères.

         Dans les Grands Mystères, on comprend, pour reprendre l’expression de Maître Eckhart, que si l’on n’a pas tout donné, on n’a rien donné. Cela se symbolise par le dépôt des métaux à la porte du Temple. On s’oublie soi-même en franchissant la porte, ce qui est incompréhensible dans le monde profane, et même jugé dangereux. Ce danger n’existe que si l’on se donne à d’autres hommes ; le destinataire ne peut être que le Principe de création. L’initié va donc prendre conscience que sa réalisation intérieure passe inéluctablement par un état particulier constitué par le don total de son être au Principe créateur. Cet état s’acquerra progressivement par la soumission totale à la Règle et à la vie communautaire avec les frères.

         Le développement du cœur-conscience permet d’atteindre cette dimension où l’être communie en symbiose parfaite avec la loi d’Harmonie, et s’identifie à elle pour devenir Amour total. C’est ce qu’exprime la doctrine chrétienne à travers le Christ, Amour divin manifesté en l’Homme. Cela s’appelle également «  donner la maison à son Maître ». Le don doit être conscient, et correspondre à la finalité de l’être.

         La deuxième acception concerne les qualités naturelles innées. Avoir un don de la nature consiste à avoir une dette envers elle. Pour s’en acquitter, l’être doit l’utiliser au maximum et en offrir le résultat à ses frères. Là aussi un piège guette l’être détenteur de fortes capacités. La vanité lui fait trop souvent s’attribuer les mérites, alors qu’il n’en est que le dépositaire passager.

         Avoir des facultés hors du commun doit porter son détenteur à vivre une humilité elle aussi hors du commun. Il en est devenu porteur par un don du ciel, selon l’amour divin. Il ne doit, en aucun cas, en tirer un profit personnel quelconque. A charge pour lui, au contraire, de devenir transparent, et utiliser ces qualités au service de la fraternité humaine dans un amour total, afin d’enrichir la conscience universelle.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page