Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Oeuvre

         Œuvrer, c’est concrétiser, rendre préhensible par les sens ce que l’esprit conçoit.

            Il n’y a en fait qu’une Œuvre, celle du Grand Architecte de l’Univers qui construit le monde. L’enjeu du voyage initiatique est de l’accompagner pour qu’elle s’accomplisse ici-bas d’un commencement jusqu’à un terme. Ainsi se réalise le Grand Œuvre par les tenues rituelles où se créent à chaque fois un nouveau monde, une nouvelle forme, et parfois un nouvel initié. Le rituel d’ouverture des travaux est un acte de création du monde, accompli pour que la communauté initiatique perçoive dans cet instant ce qui s’accomplit et qui va servir de référence pour le travail tant individuel que communautaire.

            Notre mythe de fondation est de bâtisseur. Construire le temple selon la Règle est l’obsession des initiés, même s’il est toujours identique dans son essence. La recherche de la loge donne corps à ce qui est invisible, non né. Ce qui s’y accomplit magiquement est au-delà des individus. Il s’agit de manifester la pensée du Principe qui ne peut apparaître que par une œuvre concrète. Celle-ci est conduite par le Vénérable Maître qui doit donner à la loge un esprit conforme à celui du créateur. Il s’agit de contribuer à générer la matière du monde, de voir comment agit le Principe pour agir à son égal. Comprendre la genèse des mondes constitue l’essentiel de l’objectif. Ce qui est accompli doit être quitté pour une autre réalisation sans aucun attachement. «Besogne faite, va-t-en » dit le Tao-tê-king. L’initiation n’est pas l’accumulation de résultats mais l’enchaînement de chantiers successifs. Elle est une voie de nomade.

            L’œuvre n’est jamais achevée ni parfaite, même lorsque le livre de la vie semble se refermer. Par contre elle peut s’accomplir. C’est ce qu’il faut tenter d’avoir fait à la fermeture rituelle des travaux en loge, à la douzième heure, celle de l’accomplissement. Il y a là création d’une dynamique constante qui s’exprime à la fois dans et hors du temple.

            L’œuvre communautaire naît et meurt avec le temps. Elle formule le sacré dans son époque selon le vécu des actants. Mais la puissance d’opérer qui est à sa source, est intemporelle et cette puissance est l’Esprit même. De même, son résultat est l’élévation de l’esprit, la transcendance. Réussie, elle se projette hors de l’espace. Quelle qu’en soit la forme, pyramide, dolmen, cathédrale, peinture ou livre, elle témoigne auprès d’autres hommes en des lieux et des époques différentes. Elle est un écho de l’Orient Eternel et résonne pour d’autres générations afin qu’elles puissent goûter et surtout enrichir les bienfaits de ce qu’ont apprécié leurs prédécesseurs. Elle est une évasion dans l’intemporel et ne laisse jamais apparaître les difficultés qu’il y a eu à la réaliser. Elle n’est plus qu’une goutte de lumière pure et d’éternelle sérénité.

            Créer de nouveaux frères et former de véritables Maîtres sont les choses les plus nécessaires dans la démarche initiatique. Un frère ne peut pas se tailler lui-même ; c’est la seule communauté qui agit à cet effet.

            Pour que tout cela soit possible, il y a enfin l’œuvre individuelle, ce que bâtit chaque frère selon son vécu et son engagement. Cela constitue les métaux qui sont déposés à la porte du temple, apportés par le Couvreur au Trésorier pour être fondus, transmutés par la réalisation communautaire. Chacun doit donc travailler en donnant le meilleur de lui-même et non une simple part. Mais il faut également sanctifier ce qui est accompli individuellement dans le sens de rendre sacré, qu’il s’agisse de manger, dormir, méditer, agir. Là est le seul moyen de s’élever, de vivre la transcendance. Par contre, les œuvres ne nous sanctifient jamais. Le Grand Architecte y est indifférent et ne nous accordera jamais rien en échange. Seul en elles importe ce qu’il y a d’amour, de ferveur, de cœur. Le Chef d’œuvre que fait le Compagnon doit être la traduction d’une compréhension individuelle de la Connaissance et de l’action communautaire afin de l’enrichir.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page