Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Point

         La Géométrie, science des Compagnons, nous apprend que le point n’a aucune dimension : ni longueur, ni largeur, ni épaisseur, ni masse. Abstraction pure, à la frontière entre le créé et l’incréé, il  n’existe pas, mais il est. Pour le concevoir l’homme a besoin d’un tracé l’entourant ; traditionnellement on le repré­sente au centre du cercle symbolisant le soleil, lumière divine.

         Les mathématiciens disent qu’il s’obtient par l’intersection de deux droites. Il serait donc binaire. En fait, il est le lieu de rencontre de la verticale du Second Surveillant et du plan déterminé par le niveau du Premier Surveillant. L’utilisation du niveau donne alors le trait qui peut être considéré comme l’étendue du point.

         Plus largement encore, la manifestation existe dans le volume. Et la tradition dit que le point est donné par les angles d’un volume régulier. Le cas le plus simple est obtenu par la jonction de trois arêtes, comme dans le tétraèdre, le cube ou le dodécaèdre. Le point est ternaire. La Cause des causes également. Tout commence par le Trois. Avec l’octaèdre, le point devient la jonction de quatre arêtes. L’icosaèdre fait rejoindre cinq arêtes. Si tout commence par le Trois, l’initié ne peut s’arrêter là, il doit continuer à chercher à travers le Quatre, le Cinq, et bien au-delà s’il le peut.

         L’expression « un point c’est tout » signifie une fin dans le langage courant. Mais elle peut aussi exprimer qu’un point correspond au Tout puisqu’il est la base de tout tracé, le lieu où le Compas du Grand Architecte de l’Univers s’est placé pour former le Cercle afin de créer le monde. Plus petite portion d’espace concevable, il est porteur de tous les possibles ; il est la potentialité.

         Quand il se déroule dans la manifestation, il donne la spirale. Dans la spirale logarithmique, dite « dorée », le  centre est toujours repoussé à l’infini.  Pour le trouver ou s’en approcher, le rituel d’ouverture des travaux au troisième degré du R.I.T.E. indique le fondement de la Maîtrise, de la naissance aux Grands Mystères : « Un point qui se place dans le cercle, qui se trouve dans le carré et le triangle : la Communauté des Maîtres a retrouvé le point et s’est située en son centre. Le Maître est ressuscité en Elle ». C’est bien à partir d’un centre que l’on peut avoir accès au Tout, percer le Mystère, et comprendre la Cause.

         L’homme recherchant cette origine doit aller au centre de lui­-même, trouver et développer les parts de lumière qu’il recèle. Il éveille le cœur-conscience, organe virtuel, impalpable et insituable précisément, mais vital sur le plan spirituel.

         Le Maître retrouve ainsi le Centre mythique du Monde qui préserve de la dispersion, et fait tenir l’Univers. Il atteint la cohérence, et se place au cœur de l’Amour Créateur.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page