Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
II.1.1.b Les offices ou fonctions de création ; les fonctions (nature et multiplicité)

« Les charges sont une pierre de touche qui révèle la vraie nature de ceux qui les détiennent. La nature des hommes est cachée : il faut une occasion pour qu’elle se manifeste » (La parole secrète. Enseignement du maître soufi Rûmi. Sultan Valad).

« Trois la dirigent, cinq l’éclairent, neuf la rendent juste et parfaite. Ainsi est évoquée la Création selon la hiérarchie des causes ».

 

            La fonction est l’action d’un élément dans un ensemble. Dans un organisme, chaque organe en a une qui implique service et devoir. Dans l’univers, tout a un rôle, chaque fourmi comme chaque galaxie. Le vivant est complexe et ne peut se réaliser n’importe comment ; il obéit à des lois incontournables.

            Le mot égyptien « iƷwt » a deux sens : troupeau et fonction. Ce rapprochement peut surprendre mais si l’on comprend troupeau dans le sens de troupe, comme une troupe de théâtre ou une réunion de gens qui cheminent ensemble, cela renvoie de suite par analogie à communauté initiatique. Pour nous, les fonctions sont indissociables de la communauté initiatique. Elles sont nombreuses dans une loge puisque c’est tout ce qui lui permet de fonctionner. Quand l’une est défaillante ou négligemment vécue, même s’il elle semble secondaire, c’est la loge qui dysfonctionne. Chaque frère en reçoit plusieurs.

            Une loge est structurée par une hiérarchie qui permet à chaque frère de découvrir le sens profond de la vie. On peut en distinguer trois catégories : les fonctions de création ou offices qui permettent à la loge de créer et de générer la Lumière, les fonctions liées aux grades (fonction d’Apprenti, de Compagnon, de Maître) qui font vivre la loge, et les fonctions qui permettent à la loge de s’exprimer, comme la fonction de frère avec notamment l’assiduité à toutes les formes de travail, ou le Maître de musique, ou encore le rapporteur des travaux.

            Une fonction s’anime par un frère. L’homme est le seul être de l’univers qui a la capacité d’en assumer plusieurs et de les varier avec le temps. Surtout, lui seul a la possibilité de choisir ou non de les remplir. Cependant, il doit être conscient que dans un refus, il y a destruction de vie et que dans l’acceptation il renforce la vie.

            Toute action faite dans le cadre d’une fonction est opérante, quel que soit l’homme qui est derrière. Les fonctions sont parfaites en elles-mêmes mais pas l’humanité de ceux qui les remplissent. Un des principes de base de la vie initiatique est de les voir vivre et non les individus qui les activent. Si l’Apprenti voit le frère x dans le Second Surveillant, il reçoit l’enseignement de x ; s’il ne voit que le Second Surveillant, il reçoit l’enseignement d’un des trois qui dirigent la loge. Cela change tout.

            Cela signifie que nul n’est digne de sa fonction mais le devoir consiste à l’assumer malgré tout. On ne peut pas apprécier soi-même sa valeur, ses aptitudes, ses capacités dans ce but. Il faut donc s’en remettre à la Chambre du Milieu. Ensuite, dans l’accomplissement des devoirs, si l’on a fait le maximum, de tout son être, on n’a pas le droit d’être insatisfait du résultat, ni même satisfait. Notre rôle est simplement d’animer la fonction, comme au théâtre, de donner vie aux personnages, ici et maintenant, dans la loge.

            Tout cela fait inévitablement peur, à un moment ou à un autre, tant il est vrai que chaque prise de fonction entraîne de nouvelles obligations et non l’expression d’une indépendance. Mais la liberté existe-t-elle réellement ? La fidélité est sans doute la qualité essentielle de celui à qui une charge est remise.

            Quel est le résultat sur le frère d’un rôle bien assumé ? Chose curieuse, cela révèle la véritable nature de celui qui le remplit. Sans cette occasion, cette nature a bien du mal à ne pas rester cachée. Plus même, c’est sans doute le seul moyen de nous faire croître en éveil, en tout cas bien plus que des lectures ou de l’introspection. Et avantage non négligeable, on s’occupe moins de choses sans importance et on relativise bien mieux les évènements.

            En fait, nous témoignons de notre initiation en faisant vivre les devoirs reçus et on peut sagement recommander de savoir limiter ses objectifs à ceux-ci. Cela rejoint le non-agir taoïste qui ne consiste pas à ne pas agir mais à n’être dans l’action que par nécessité et jamais selon nos propres envies.

            Le temple est un lieu de création. La création selon le Neuf est la création en perfection, tel le nouveau-né qui vient au monde ; elle est la mise en œuvre de la création permanente par les Neuf fonctions de création issues du Un ; c’est ce que fait le Vénérable Maître avec ses Neuf offices. Mise en œuvre, c’est-à-dire réalisation de l’œuvre, achèvement du divin dans une forme.

            Il y a Neuf fonctions causales, essentielles, exprimant la fonction globale de l’univers qui est l’Amour. Elles s’incarnent par les offices, interdépendants les uns des autres et qui doivent se mettre en mouvement simultanément sous la direction du Vénérable Maître pour permettre une harmonie globale. Ce sont :

-          La Résolution des contraires (1er Surveillant ou Maître du Trait).

-          La Dualité (Second surveillant ou Maître du symbole).

-          La Communion (Orateur ou maître de la Règle).

-          La Putréfaction (Secrétaire ou Maître du Secret).

-          La Mémoire du Passé (Trésorier ou Maître du Trésor).

-          L’Imprégnation Cosmique (Hospitalier ou Maître de l’Offrande).

-          L’Ordre de la manifestation (Expert ou Maître du Rite).

-          Le Mouvement (Maître des cérémonies ou Maître des démarches).

-          L’Evolution et la Purification (Couvreur ou gardien du seuil).

            Une communauté initiatique pleinement réalisée formule selon ces causes. Qu’est-ce à dire ? Quand nous formulons, les Apprentis, Compagnons et Maîtres n’occupant pas une de ces Neuf fonctions, s’expriment selon leur propre prisme, le plus largement possible. Par contre les officiers doivent formuler selon le prisme de leur fonction. Par exemple, l’Hospitalier, incarnant la loi d’intégration, d’imprégnation cosmique, saura ramener toute chose au sens du don et de l’offrande en se tournant avec compassion vers les êtres et les choses.

            Chacun doit tenir compte du rôle qui lui est assigné et de l’enseignement qui va avec. Il montre qu’il a en vue l’intérêt de l’Esprit bien avant le sien et qu’il agit selon la volonté de l’Esprit et non selon ses désirs.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page