Recherche par mot clé
 
 
Qui sommes-nous
|
Quelques concepts fondamentaux
|
La pensée traditionnelle face aux courants de la pensée moderne

La hiérarchie causale
|
L'Initiation
|
Questions/Réponses
|
Chambre du Symbole
|
L'Initiation féminine
|
Bibliographie
|
Nous contacter

 
Attouchement

      «  A quoi reconnaîtrais-je que vous êtes initié ?

   A mes signes, paroles et attouchements.

   Comment interpréter cette réponse ?

   Elle signifie que les signes, paroles et attouchements sont la première expression du langage symbolique ». 

(Extrait du « Viatique d’apprenti » au R.I.T.E)

      L’attouchement est un des trois moyens de reconnaissance des initiés entre eux. En le  pratiquant, ils révèlent leur appartenance à une même Communauté d’esprit.

      L’attouchement va, selon le grade, de la poignée de mains aux cinq points parfaits de la maîtrise.

      Cette explication n’est toutefois que l’aspect « exotérique » de ce symbole.

      La Connaissance est incommunicable, contrairement au savoir. Le secret est par nature, et réside dans les signes, mots et attouchements qui se pratiquent entre frères. Il s’agit d’un véritable langage. Signes, mots et attouchements sont trois éléments d’approche progressifs de la Connaissance.

      Quand un frère est loin, on lui fait des signes; plus près, la parole est possible; plus près encore, le contact peut être direct.

      L’initiation est avant tout manuelle, en ce sens que le métier d’initié devient intelligible au cœur  par la main. Les signes, paroles et attouchements sont des secrets de métier propres au grade, pour amener les êtres dans le sacré au contact des dieux.

      Dans le Don Juan de Mozart, le Commandeur est une statue de pierre (rappel du symbolisme du constructeur) qui vient de l’au-delà. Il n’est pas humain. Il prend la main de Don Juan, l’invite au banquet céleste et l’entraîne vers le feu (cf. l’épreuve du feu). Cette prise en main constitue un attouchement qui conduit à une renaissance, à un changement d’état de conscience pour entrer dans les Grands Mystères.

      L’attouchement est représenté dans une peinture de la Chapelle Sixtine à Rome, où deux doigts sont sur le point de se toucher l’un l’autre, l’un étant d’origine divine, l’autre étant d’origine humaine. Dès que l’attouchement se fera, il y aura éveil du divin en l’homme, et de l’homme dans le divin.

      Les points parfaits de la maîtrise sont un attouchement de tout le corps, pour réussir à ne faire qu’un avec l’archétype du Maître qu’est Hiram. Ainsi se transmet le secret de la construction de l’univers et se crée un Maître d’œuvre. Il y a fusion complète de deux éléments de connaissance, il y a harmonie totale entre ces énergies à l’image du Rebis alchimique, parfait symbole de la résolution des contraires.

      En Loge, l’initié se présente par un signe ; pendant la tenue, la parole circule et se transmet par le travail effectué ; à la fin de la tenue, l’attouchement s’accomplit par la chaîne d’union grâce à laquelle la transmission se fait directement de cœur à cœur. A la fin des travaux en Loge, l’attouchement se pratique aussi par l’apposition rituelle des mains de chaque frère sur le tronc de la Veuve. Chacun ainsi renouvelle le don de vie qu’il a fait par son serment le jour de son initiation.

      En passant par tous les frères, la Veuve rassemble les éléments épars du corps communautaire, et le reconstitue en elle. A chaque contact, elle nous reconnaît ( ou non ) comme ses fils suivant la qualité de l’offrande accomplie.


<<Retour

<<Accueil | Nous contacter | ^ Haut de page